• Accueil
  • Préparation et Nettoyage
    • Nettoyant
    • Déshuileur
    • Primaire
    • Entretien
  • Huiles et Saturateurs
    • Bois intérieur
      • Plan de travail
      • Lambris et meubles
      • Parquet
    • Bois extérieur
      • Terrasse
      • Mobilier jardin
      • Bardage
      • Bois exotiques
    • Teinte bois
      • Huiles colorées
      • Créez votre coloration
      • Effet mouillé
      • Huiles incolores
    • Terres cuites
  • Huiles brutes
  • Accessoires
    • Décapage et ponçage
    • Spalters et brosses
    • Autres accessoires
✔ Livraison gratuite à partir de 99€

Qualités et défauts d'un plan de travail en chêne massif

Très apprécié pour son esthétique et sa dureté, le bois de chêne est particulièrement adapté à la réalisation de plan de travail de cuisine.

Voyons toutefois ici les précautions à prendre pour assurer sa bonne tenue dans un tel environnement où projections d’eau et exposition aux taches sont omniprésentes.

Protéger un plan de travail

Des propriétés très appréciées

D’un point de vue de sa structure anatomique, le bois de chêne présente la particularité d’avoir des rayons très larges qui sont à l’origine de ce que l’on appelle la maille du chêne. Selon l’orientation des débits, cette maille est mise en valeur et donne alors au chêne toute sa beauté caractéristique.

Le chêne présente aussi une bonne dureté ce qui lui confère une excellente résistance au risque de poinçonnement.

Doté enfin d’une durabilité naturelle excellente, il peut être utilisé en milieu humide sans avoir recours à des produits chimiques.

Dans ce contexte et pour toutes ces raisons, le chêne est l’essence star du plan de travail de cuisine.

 

Le chêne : un bois tannique

Comme pour le châtaignier et le robinier, la présence de tannins dans la composition chimique du bois de chêne est à la fois garante de sa résistance mais peut aussi être à l’origine de désagréments esthétiques dès lors qu’il est exposé à l’eau. Les tannins sont des molécules hydrolysables c’est-à-dire qu’ils peuvent être extraits à l’eau. C’est pourquoi, sans protection, la moindre goutte d’eau provoquera l’apparition d’une tache noire liée à une remontée de tanins.

 

La protection idéale

Soumis aussi au risque de coups de couteaux, il est hors de question d’appliquer un vernis sur un plan de travail en bois. Cela provoquerait autant de rayures dans la protection : l’eau pourrait alors s’infiltrer dans le bois.

Le meilleur moyen de protéger un plan de travail en chêne consiste à le traiter dans la masse.

Pour cela, il convient de lui appliquer 2 produits associés à savoir un primaire anti-tannin, suivi d’une huile dure. On notera qu’il existe aujourd’hui des huiles dures proposées en version incolore. Même si la teinte du bois est quelque peu modifié, ce type d’huile permet d’éviter l’effet mouillé généralement observé par l’application d’une huile dite classique.

Appliqué au préalable, le primaire aura pour effet de renforcer la performance de l’huile dure qui pourrait être « traversée » en cas d’un contact prolongé avec de l’eau stagnante.

Cette double protection sera garante d’une bonne tenue dans le temps.

A lire : Plan de travail en hêtre

 

Ne pas oublier le champ des découpes

Les champs provoqués par les découpes nécessaires à l’insertion de l’évier et de la plaque de cuisson devront être traitées comme le reste du plan de travail. Ces zones sont en effet susceptibles d’être exposées à l’eau.

 

Un entretien courant à ne pas négliger

Votre plan de travail en chêne ne se comportera de façon identique selon les zones considérées. Les parties les plus proches de l’évier et de la plaque de cuisson devront faire l’objet d’une attention particulière car beaucoup plus exposées aux contraintes (eau et graisse).

En règle générale, l’entretien courant (quotidien ou hebdomadaire) se fera à l’aide de savon noir dilué dans de l’eau tiède. Il présente l’avantage de nettoyer la surface du plan de travail sans altérer l’huile de protection. Les détergents ménagers industriels sont à proscrire car trop agressifs.

L’entretien semi-annuel pour les zones les plus sollicitées et annuel pour le reste du plan se fera via un réhuilage de surface avec la même huile dure que celle appliquée initialement.

En cas de protection insuffisante, les taches de tannins qui pourraient apparaître seront facilement éliminées à l’aide d’un gel nettoyant-éclaircisseur.

Protéger un plan de travail